Un vin de plus de 2 000 ans est découvert dans une tombe en Chine

Home / Actualité / Un vin de plus de 2 000 ans est découvert dans une tombe en Chine

C’est une découverte archéologique rare et importante qui vient d’être faite en Chine. Dans une tombe de la province du Henan, à l’ouest de Shanghai, les archéologues ont retrouvé un récipient en bronze qu’ils estiment vieux d’au moins 2 000 ans. Dans ce récipient, ils ont retrouvé un liquide qu’ils pensent être du vin, même s’il n’a évidemment rien à voir avec ce que nous consommons aujourd’hui.

Un vin conservé 2 000 ans

Lors de cette découverte, tous les autres éléments présents dans la tombe permettent de la dater de la dynastie des Han occidentaux qui disparut en l’an 8 av J.C. Ce récipient a donc probablement plus de 2 000 ans et le vin qu’il contient également, même si personne n’a expliqué à la presse comment le vin avait pu être conservé aussi longtemps sans s’évaporer totalement.

Le liquide, jaune et avec une forte odeur de vin chinois, a été envoyé en laboratoire pour que sa teneur en alcool exacte puisse être déterminée. En attendant, les archéologues ne peuvent pas affirmer avec certitude qu’il s’agit là de vin, mais il reste peu de place au doute. Voilà donc une découverte surprenante qui confirme une fois de plus que la fabrication d’alcool remonte à plusieurs milliers d’années et que c’est un savoir-faire présent dans presque toutes les cultures du monde.

Une grande importance culturelle

Si aujourd’hui nous avons l’impression de ne boire du vin que pour le plaisir et la convivialité qu’il offre à nos repas et à nos moments privilégiés, il ne faut pas perdre de vue le caractère culturel important systématiquement attaché à cette boisson. Il suffit de voir la gamme importante de vins espagnols proposés sur El Pozo pour constater combien chaque culture laisse des traces majeures dans le goût de ses vins et de ses alcools.

Les archéologues expliquent la présence de ces trois litres de vin dans une tombe chinoise par un caractère rituel. C’est sans doute le cas et c’est encore le cas aujourd’hui. Depuis plusieurs milliers d’années et jusqu’à aujourd’hui, le vin est consommé pour le plaisir, mais aussi pour honorer une région, sa culture et son agriculture.

Effectivement, à travers un vin, ce sont toutes les spécificités d’une région qui s’expriment, de sa culture, de son terrain, de son climat et de sa terre. Il n’y a donc rien d’étonnant à constater que les vins changent tellement de caractère d’une région à une autre et que les hommes leur attribuent depuis toujours une dimension culturelle et rituelle forte.

Une découverte pas si rare

Si cette découverte archéologique est très intéressante, elle n’est pas vraiment révolutionnaire ou étonnante. Comme nous le disions, les rituels impliquant de l’alcool sont nombreux à travers le monde et les différentes cultures et on a souvent retrouvé des preuves de la présence d’alcool durant certaines fouilles archéologiques.

Ce qui est particulièrement impressionnant dans cette découverte, c’est que le vin soit encore présent sous sa forme liquide. Ce genre de phénomène est assez rare, même si des archéologues avaient trouvé des restes de soupes en 2010 dans une autre tombe. L’analyse de ces restes de nourriture et de boisson permet alors d’en apprendre plus sur les habitudes de l’époque, mais aussi sur le développement de l’agriculture, l’état des sols, de la faune et de la flore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *